Plaidoyer pour la saleté…

Saleté

« Un enfant sale le soir est un enfant heureux! », a dit une fois une éducatrice de la crèche des enfants à une maman qui se désolait de l’état de sa fille en fin de journée…

Je suis bien d’accord avec cette jolie phrase, et tout en apprenant aux enfants à faire attention à eux et à leur environnement, j’essaie de ne pas les reprendre sur leur saleté lorsqu’ils jouent dehors, et de laisser le plus possible leurs idées de jeux et leur créativité s’exprimer.

Marius a goûté pour la première fois à la terre et aux petits cailloux cette semaine, dans ses explorations du monde, et a remis l’expérience à plusieurs reprises. Il n’a rien avalé, mais il s’en est donné à cœur joie, les mains dans les pots de fleurs!


C’est si important de pouvoir mettre les doigts dans la terre, glisser les mains dans le sable, manger sa glace en se plongeant presque tête entière dans le bol, jouer avec le jet du jardin, faire la cuisine en se léchant les babines, se mettre du savon plus que de raison, sauter dans les flaques ou faire des soupes de cailloux à touiller au bâton…

Si nous ne laissons pas nos enfants découvrir avec leurs mains, avec leur peau, quand le feront-ils? Si nous ne leur apprenons pas à appréhender les textures, les matières et les structures, comment développeront-ils leur sens du toucher?


Et surtout, s’ils ne sont jamais sales, comment vont-ils découvrir le plaisir et l’importance d’être propre, une fois leurs expériences sensorielles terminées?

Belle semaine,

Louise

PS: les photos qui illustrent cet article ont été prises sur toute l’année passée…

laisser un commentaire